Partenariat Doc DZ



Qui est en ligne ?
Il y a en tout 13 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 13 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 251 le Mar 26 Mar - 19:40
Derniers sujets

Impact des neuroleptiques sur le risque cardio-métabolique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Impact des neuroleptiques sur le risque cardio-métabolique

Message par ismano le Mer 11 Jan - 15:36


Vingt-cinq ans après le diagnostic initial, la mortalité des schizophrènes est le triple de celle observée dans la population générale. Or, malgré l’augmentation très importante de la mortalité par suicide, les décès surviennent surtout pour des causes naturelles, liées essentiellement à la pathologie cardio-vasculaire. Les médicaments neuroleptiques s’apparentent ainsi à des agents doubles : ils contribuent certes à épargner des vies en diminuant l’impulsivité et l’agressivité pouvant conduire au suicide, mais ils tendent aussi à augmenter certains facteurs de risque cardiovasculaire, en induisant une surcharge pondérale ou d’autres effets d’ordre somatique et métabolique (hypertension artérielle, dyslipidémies, anomalies glucidiques). Il est donc important de déterminer l’incidence globale des traitements neuroleptiques sur la mortalité associée aux psychoses : gain ou perte, en termes d’espérance de vie ?

Identifier les modifications des facteurs de risque cardio-métabolique et les interventions susceptibles de les corriger constitue un « impératif clinique », écrivent les auteurs d’une méta-analyse portant sur 25 études longitudinales (publiées entre janvier 1990 et juin 2010) et consacrée à l’incidence cardiovasculaire du traitement d’un premier épisode psychotique.

Deux constats importants se dégagent de cette enquête :
(1) En matière d’augmentation de risque cardio-vasculaire (qu’il s’agisse du poids ou des indices métaboliques entre sujets psychotiques et sujets-témoins), il n’y a pas de différence notable avant l’introduction du traitement neuroleptique.

(2) Mais ce risque cardiovasculaire augmente après la première exposition à un médicament antipsychotique, sans différence significative d’un type à l’autre de neuroleptique.

D’autres recherches devront encore préciser l’impact de ces modifications cardio-métaboliques sur l’observance thérapeutique (et vice-versa), les stratégies d’optimisation du rapport bénéfice /risques (opportunité de fenêtres thérapeutiques chez les jeunes patients, ou ultérieurement ?) et l’influence éventuelle de critères démographiques comme l’âge, le sexe ou des facteurs génétiques.


Dr Alain Cohen

Debra L. Foley & Katherine I. Morley : Systematic review of early cardiometabolic outcomes of the first treated episode of psychosis. Arch Gen Psychiatry 2011 ; 68-6 : 609-616.

ismano
Membre Actif
Membre Actif

Messages : 282
inscrit(e) le: : 27/06/2011
Localisation : alger

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum