Partenariat Doc DZ



Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 251 le Mar 26 Mar - 19:40
Derniers sujets

Le syndrome mains-pieds-bouche, un diagnostic souvent facile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le syndrome mains-pieds-bouche, un diagnostic souvent facile

Message par ismano le Dim 30 Oct - 10:23

Le syndrome mains-pieds-bouche survient par petites épidémies au début de l’automne et affecte les jeunes enfants, sous une forme généralement bénigne. Une équipe serbe fait le point sur cette pathologie, conséquence d’une infection par le virus coxsackie A 16.

Entre 2005 et 2010, sur près de 20 000 patients examinés en consultation de dermatologie, une affection virale était en cause dans 1 828 cas (9,5 %) et il s’agissait d’un syndrome mains-pieds-bouche pour 34 enfants (0,18 %), 21 garçons et 13 filles. Le plus jeune d’entre eux avait 21 mois, mais la moyenne d’âge était de 3,7 ans. Les trois quarts des enfants présentaient des symptômes généraux.

Les auteurs rappellent que cliniquement l’éruption se manifeste d’abord dans la bouche, et atteint ensuite la paume des mains et la plante des pieds, accompagnée d’une fièvre jusqu’à 38°5. Le diagnostic est facile dans sa forme typique, avec la topographie des lésions élémentaires, petites vésicules elliptoïdes de quelques millimètres contenant un liquide clair et entourées d’un halo érythémateux. Il est parfois plus difficile, notamment quand l’éruption ne siège que dans la bouche, comme chez 11 des enfants de notre cohorte (32,3 %), pouvant égarer le diagnostic en simulant une herpangine ou une stomatite aphteuse. Ailleurs le diagnostic différentiel se fait avec une varicelle ou des piqûres d’insectes. Une notion de contage peut aider au diagnostic, avec une durée d’incubation de 3 à 6 jours, alors que les examens complémentaires ne sont pas utiles, la numération-formule sanguine, peu contributive, ne montrant qu’une leucopénie non spécifique. La sérologie n’est pas pratiquée en routine.

Le traitement sera uniquement symptomatique et l’éruption disparaît spontanément en 5 à 8 jours sans laisser de séquelles. Dans la cohorte étudiée 2 enfants ont toutefois présenté une forme plus sévère, accompagnée d’une pneumopathie.



Dr Roseline Péluchon


Sijakovic E et al. : Hand, foot and mouth disease : Our results in a five year period (2005-2010).
20 th Congress of the European Academy of Dermatology and Venerology (Lisbonne) : 20-24 octobre 2011.

ismano
Membre Actif
Membre Actif

Messages : 282
inscrit(e) le: : 27/06/2011
Localisation : alger

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum