Partenariat Doc DZ



Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 251 le Mar 26 Mar - 19:40
Derniers sujets

Place de la kinésithérapie respiratoire dans les bronchiolites du nourrisson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Place de la kinésithérapie respiratoire dans les bronchiolites du nourrisson

Message par ismano le Mer 21 Sep - 6:57


Kinésithérapie or not kinésithérapie dans les bronchiolites aiguës du nourrisson ? L’intérêt d’une kinésithérapie systématique dans ces infections virales des voies respiratoires inférieures est toujours discuté par les pédiatres. La discussion est centrée sur deux techniques destinées à diminuer l’encombrement bronchique : l’accélération du flux expiratoire (ou son équivalent, l’expiration lente prolongée) et la toux provoquée.

Les travaux de Guy Postiaux, en Belgique ont montré que le score de Wang diminuait un peu plus vite avec kinésithérapie que sans, mais sur de petits effectifs. L’essai contrôlé randomisé multicentrique de Bronkinou, mené en région parisienne, qui a inclus environ 500 nourrissons hospitalisés, n’a pas trouvé de réduction significative du délai de guérison avec kinésithérapie. Des analyses post hoc suggèrent toutefois que la kinésithérapie serait bénéfique dans certains sous-groupes. En pratique, la kinésithérapie reste très utilisée dans les bronchiolites en France et en Belgique. Elle pourrait améliorer les patients très encombrés et éviter l’hospitalisation d’un certain nombre d’entre eux en participant à leur surveillance (réseaux de kinésithérapeutes en ville).

En Suisse, où « une physiothérapie respiratoire n’est pas indiquée » dans les bronchiolites depuis 2003, un essai ouvert a comparé l’évolution de deux groupes de 50 nourrissons hospitalisés pour bronchiolite, l’un bénéficiant de deux séances quotidiennes de kinésithérapie par les techniques citées plus haut, l’autre ne recevant que des soins de base. L’âge moyen était de 3-4 mois et le score de gravité similaire dans les deux groupes. La fréquence respiratoire moyenne, la SaO2 moyenne et le score de gravité ne s’amélioraient pas plus vite dans le groupe traité par kinésithérapie que dans le groupe témoin. Les transferts en réanimation, rares dans l’ensemble, étaient un peu moins nombreux dans le groupe kinésithérapie. Peut-on extrapoler ces résultats aux bronchiolites des nourrissons traités en ville, qui sont en général plus âgés ?

Au total, il n’y a pas de preuves que la kinésithérapie respiratoire des bronchiolites aiguës diminue l’encombrement bronchique ou allège le travail ventilatoire des petits patients. Son efficacité pourrait être limitée à certains sous-groupes de bronchiolites (?). A l’inverse, faite prudemment, elle ne semble entraîner ni fractures de côtes ni aggravation d’un reflux gastro-oesophagien.


Dr Jean-Marc Retbi

Fetouh M et Rochat I. Place du kinésithérapeute dans la prise en charge de la bronchiolite aiguë virale. CIPP - 10th International Congress on Pediatric Pulmonology (Versailles) : 25-27 juin 2011.

ismano
Membre Actif
Membre Actif

Messages : 282
inscrit(e) le: : 27/06/2011
Localisation : alger

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum