Partenariat Doc DZ



Qui est en ligne ?
Il y a en tout 13 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 13 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 251 le Mar 26 Mar - 19:40
Derniers sujets

Marqueurs biochimiques cardiaques : quoi de neuf en 2011 ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Marqueurs biochimiques cardiaques : quoi de neuf en 2011 ?

Message par ismano le Dim 4 Sep - 14:29

La définition du « biomarqueur idéal » dans les atteintes cardiaques a évolué au cours de ces dernières années. Aujourd’hui, pour avoir droit au titre de candidat(s) parfait(s), il est demandé aux marqueurs biochimiques cardiaques d’être de plus en plus sensibles (voire hautement sensibles) afin de diagnostiquer l’atteinte cardiaque le plus précocement possible, et de plus en plus spécifiques (ou hautement spécifiques) afin de vérifier l’efficacité d’une prise en charge thérapeutique. Ils doivent aussi être de bons indicateurs des processus physiologiques, biochimiques ou pathologiques. Le consensus semble se faire autour de la notion plus dynamique de « traitements guidés par les biomarqueurs » afin d’orienter le traitement, d’assurer le suivi de celui-ci en optimisant les doses de médicament à administrer et de rapidement mesurer la réponse du patient au traitement. Le choix d’un bon marqueur permet ainsi de mieux suivre l’évolution de la pathologie et d’adapter la prise en charge. Les cliniciens ont actuellement le choix entre de nombreux biomarqueurs. Parmi ceux ayant fait l’objet de publications récentes démontrant leur intérêt dans les diverses pathologies cardiovasculaires, on retrouve les peptides natriurétiques comme le BNP (brain natriuretic peptide) et la NT-proBNP (fraction N-terminale du BNP) ainsi que le MRpro-ANP (Mid regional pro-atrial natriuretic peptid) et le ST2 dans l’insuffisance cardiaque, la PCT (procalcitonine) et le MRpro-ANP pour déterminer la sévérité du sepsis. On assiste à un renouveau de la copeptine et des troponines, surtout les troponines hypersensibles (hscTn) comme marqueurs de nécrose et d’aide au diagnostic d’infarctus du myocarde. Enfin, il faut citer le NGAL (neutrophil Gelatinase Associated Lipocalin) pour le dépistage précoce des néphropathies cardiaques et la MRproADM (Mid-regional pro-adrénomédulline) comme marqueur de la réaction de l’hôte au cours du sepsis.

Dr Thierry Grivel

Maisel A : Dyspneoa in emergency department. European Society of Cardiology (Paris) : 27- 31/08/2011.

ismano
Membre Actif
Membre Actif

Messages : 282
inscrit(e) le: : 27/06/2011
Localisation : alger

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum