Partenariat Doc DZ



Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 251 le Mar 26 Mar - 19:40
Derniers sujets

Maladies eruptives de l'enfant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maladies eruptives de l'enfant

Message par tobibe le Ven 7 Aoû - 9:07

salam
je débute par la ROUGEOLE1. Agent étiologique: Virus de type paramyxovirus ; morbillivirus.
2. Incubation: 10 jours.
3. Contagiosité: Durant la phase d’invasion jusqu’à 2 à 3 jours après le début de l’éruption.
4. Transmission: Par voie aérienne.
5. Clinique:
● Une phase d’invasion durant de 4 à 5 jours associant : une fièvre et un catarrhe oculaire, nasal
et bronchique. La fièvre atteint progressivement 39 à 40 °C. Elle disparaît au 3e ou 4e jour de
l’éruption.
Après 36 à 48 heures et jusqu’au début de l’éruption, on peut noter un énanthème : le signe de
Köplik (macules blanc-bleuté sur la face interne des muqueuses jugales)
.
● Atteinte cutanée : elle débute 15 jours après le contage.
● Il s’agit d’une éruption morbilliforme avec lésions parfois confluentes. L’éruption débute au
niveau rétro-auriculaire et à la face
, puis s’étend en 48 heures au tronc puis aux membres.
L’éruption dure 7 à 10 jours.
6. Complications
● ORL : otite, laryngite.
● Broncho-pulmonaires : bronchite, pneumopathie, atélectasie.
● La surinfection ORL ou broncho-pulmonaire est suspectée devant la réascension de la température.
● Neurologique : méningo-encéphalite de la période éruptive, panencéphalite subaiguë sclérosante
survenant en moyenne 8 ans après l’infection.
7. Diagnostic: Le diagnostic est clinique.
8. Prise en charge thérapeutique
– Traitement symptomatique.
– Traitement antipyrétique.

2/-RUBÉOLE
1. Agent étiologique: Rubivirus ; famille des Togaviridæ.
2. Incubation: 14 jours.
3. Contagiosité: 7 à 10 jours avant l’éruption, puis dure jusqu’à 10 jours après.
4. Transmission: Par voie aérienne ou par voie transplacentaire.
5. Clinique
Il s’agit souvent d’une éruption fruste, voir inapparente.
a) Phase d’invasion
Elle dure 1 à 2 jours et se traduit par une fièvre modérée, des myalgies et des adénopathies cervicales. La fièvre disparaît dès le premier jour de l’éruption.
b) Phase d’état
● Elle associe une atteinte cutanée, des adénopathies constantes siégeant au niveau cervical
postérieur, une splénomégalie et une fièvre modérée transitoire.
● L’atteinte cutanée est constituée de (J1) macules avec un intervalle de peau saine débutant au
niveau du visage et s’étendant rapidement au niveau du tronc et des membres supérieurs.
Elle devient scarlatiniforme (J2) puis disparaît (J3) en laissant place à une desquamation fine.
6. Complications
– Purpura thrombopénique.
– Méningite lymphocytaire.
– Méningo-encéphalite. Cette atteinte est rare et survient 2 à 4 jours après l’éruption.
– Polyradiculonévrite.
– Polyarthrite : l’atteinte articulaire concerne en général les petites articulations. Elle disparaît
le plus souvent en 15 à 30 jours sans séquelle.
– Risque de transmission materno-foetale avec Rubéole congénitale d’autant plus sévère que
la contamination survient précocement.
7. Diagnostic
C’est la sérologie qui apporte la certitude diagnostique. Pour avoir une interprétation correcte,
il faut faire deux prélèvements à 10 jours d’intervalle.
8. Prise en charge thérapeutique
Le traitement est symptomatique.
Essentiellement traitement de la fièvre par paracétamol.



Dernière édition par tobibe28 le Ven 7 Aoû - 14:23, édité 1 fois (Raison : ajouté un image)

tobibe
Moderateur
Moderateur

Messages : 2470
inscrit(e) le: : 03/08/2009
Localisation : Algerie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladies eruptives de l'enfant

Message par tobibe le Ven 7 Aoû - 9:15

3/-VARICELLE
1. Agent étiologique: Virus zona, varicelle ; herpesviridæ.
2. Incubation: 14 jours.
3. Contagiosité: 2 à 3 jours avant l’éruption jusqu’à disparition des vésicules (7e jour).
4. Transmission: Par voie aérienne, survenue par épidémie de fin d’hiver et de printemps.
5. Clinique :
● Fébricule, adénopathies.
Éruption prurigineuse.
● Atteinte cutanée avec évolution caractéristique des lésions élémentaires dans le temps :
– macules érythémateuses ;
– puis vésicules dont le contenu se trouble, s’ombiliquant en leur centre ;
– puis apparition de croûtes qui chutent en 7 à 10 jours.
● L’éruption débute sur le tronc et au niveau du cuir chevelu et a une extension centrifuge. Des poussées successives durant la première semaine d’évolution expliquent l’aspect polymorphe de l’éruption avec des éléments d’âges différents.
● Atteinte muqueuse :
– elle n’est pas rare. Elle se constitue de lésions vésiculeuses ou érosives buccales et pharyngées
; plus rarement, une atteinte conjonctivale et génitale est retrouvée.
6. Complications
a) Cutanées
Impétiginisation ; hypodermite (streptocoque ; staphylocoque) ; fasciite nécrosante qui serait
favorisée par la prescription d’AINS, réaction toxinique secondaire à une porte d’entrée cutanée
(syndrome toxinique streptococcique ou staphylococcique [SSSS]).
b) Pulmonaire : pneumopathie interstitielle
c) Neurologiques
– Ataxie cérébelleuse ; convulsion.
– Plus rarement : encéphalite, polyradiculonévrite, myélite, méningite.
– Plus rarement : purpura thrombopénique post-éruptif ; arthralgies.
d) Sujet à risque de varicelle sévère
● Enfant ayant une dermatite atopique : risque de forme cutanée profuse, parfois évolution
nécrotique réalisant un équivalent de syndrome de Kaposi-Juliusberg.
● Enfant immunodéprimé : risque de forme profuse cutanée et de localisation viscérale (pulmonaire,
neurologique, hépatique…).
7. Diagnostic
Il s’agit d’un diagnostic clinique.
8. Prise en charge thérapeutique
Éviction scolaire jusqu’à chute des croûtes.
Contre-indication de l’aspirine (favorise le syndrome de Reye), du talc et des AINS (favoriseraient
les surinfections cutanées sévères).
● Traitement de la fièvre par paracétamol.
● Antisepsie cutanée : chlorhexidine en solution moussante.
● Antiprurigineux : antihistaminique H1.
● Indication de l’aciclovir : par voie intraveineuse en cas d’immunodépression et en cas de
localisation viscérale (pulmonaire ou neurologique). Per os, dans le cas de varicelle chez l’enfant
atopique.

tobibe
Moderateur
Moderateur

Messages : 2470
inscrit(e) le: : 03/08/2009
Localisation : Algerie

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum