Partenariat Doc DZ



Qui est en ligne ?
Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 251 le Mar 26 Mar - 19:40
Derniers sujets

LA maladie de crohn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA maladie de crohn

Message par ELECTROCHOC le Sam 13 Juin - 19:09

La Maladie de Crohn


La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique du système digestif.

Elle se caractérise par des crises de douleurs abdominales et de diarrhée, qui peuvent durer plusieurs semaines ou plusieurs mois. Les malaises s’accentuent après les repas, car les aliments font pression sur la paroi enflammée des intestins. La personne atteinte se sent affaiblie et peut perdre du poids si aucun traitement n’est entrepris.

L’inflammation (une réaction localisée du système immunitaire à une agression) peut se former à divers endroits du tube digestif, de la bouche à l’anus. Mais le plus souvent, elle s’installe à la jonction de l’intestin grêle et du gros intestin. L’inflammation chronique provoque l’épaississement de la paroi intestinale, qui peut se résorber entre les crises, mais qui laisse, la plupart du temps, des cicatrices.

C’est un chirurgien américain, le Dr Burril B. Crohn qui a observé le phénomène pour la première fois, en 1932. Depuis, la maladie porte son nom. La maladie est habituellement diagnostiquée avant l’âge de 30 ans. En Amérique du Nord, elle touche de 26 à 200 personnes sur 100 000, selon le lieu.

Causes


La cause de la maladie de Crohn est inconnue. Mais, il semble de plus en plus clair que l'inflammation est de nature auto-immune. Il se peut qu'une telle réaction soit déclenchée par un virus ou une bactérie.

On remarque que l’incidence de la maladie de Crohn est plus élevée dans les pays industrialisés et tend à augmenter depuis 1950. Cela laisse croire que des facteurs environnementaux, probablement reliés au mode de vie occidental, pourraient avoir une influence importante sur l’apparition de la maladie. Aucun facteur spécifique n’a encore été décelé.

Des chercheurs ont étudié les gènes de dizaines de familles dans lesquelles la maladie de Crohn est fréquente. Ces recherches ont permis de découvrir des sites génétiques qui indiquent une susceptibilité accrue de souffrir de cette maladie, localisés sur les chromosomes 12 et 16.

Toutefois, les scientifiques croient que, dans la plupart des cas, l’hérédité ne serait pas déterminante. Même chez les personnes dont la génétique prédispose à la maladie de Crohn, d’autres facteurs sont nécessaires pour que la maladie survienne.

On a longtemps pensé que le stress pouvait déclencher des crises. Cependant, les études réalisées jusqu’à présent réfutent cette hypothèse.

Évolution de la maladie

La plupart des gens atteints de la maladie de Crohn vivent des périodes de rémission qui peuvent durer plusieurs mois. Les récidives se succèdent de façon assez imprévisible. Parfois, les symptômes sont d’une intensité si élevée qu’une hospitalisation est nécessaire (incapacité à s’alimenter, fortes douleurs, diarrhées, etc.).

Complications et conséquences possibles

La maladie de Crohn n'est généralement pas fatale, mais peut entraîner divers problèmes de santé.

Conséquences possibles

* Une malnutrition, car durant les crises, les personnes atteintes ont tendance à moins manger.
* Un retard de croissance, chez les enfants et les adolescents.
* De l’anémie ferriprive, en raison d’hémorragies ou d’une mauvaise absorption du fer contenu dans les aliments.
* D'autres problèmes de santé, comme de l'arthrite, des affections de la peau, une inflammation des yeux, des ulcères buccaux, des calculs rénaux ou des calculs biliaires.
* La maladie de Crohn, lorsqu’elle est en phase « active », augmente le risque d’avortement spontané chez les femmes enceintes qui en sont atteintes. Elle peut rendre difficile la croissance du foetus. Il est donc important que les femmes qui souhaitent devenir enceintes contrôlent très bien leur maladie à l’aide des traitements.

Complications possibles


* Des obstructions partielles du tube digestif, qui causent des ballonnements, des nausées accompagnées de vomissement de matières fécales ainsi que de la constipation.
* Des ulcères dans la paroi du tube digestif.
* Des plaies autour de l'anus (des fistules, des fissures profondes ou des abcès chroniques).
* Les personnes atteintes de la maladie de Crohn ont un risque légèrement accru d’être victimes d’un cancer du côlon, surtout après plusieurs années de maladie, même chez les personnes en traitement. La nécessité d'entreprendre un dépistage plus précoce ou plus fréquent du cancer du côlon dépend de plusieurs facteurs. En discuter avec son médecin.

Symptômes de la maladie de Crohn

Les symptômes se manifestent uniquement durant les crises.

Principaux symptômes

* Des douleurs abdominales fréquentes, qui s'accentuent après un repas.
* Des crampes d’intensité variable.
* Une diarrhée chronique.
* De la fatigue.
* Un faible appétit et une perte de poids, même avec un régime alimentaire équilibré.

Autres

* Du sang dans les selles.
* Des glaires dans les selles. Les glaires sont un mucus épais et filant ayant la consistance d’un blanc d’oeuf.
* Une légère fièvre (38 ºC à 40 ºC).
* Des douleurs aux articulations.

Personnes à risque



* Les personnes ayant des antécédents familiaux de maladie inflammatoire de l'intestin (maladie de Crohn ou colite ulcéreuse). Ce serait le cas pour 10 % à 25 % des personnes atteintes.
* Certaines populations sont plus à risque que d’autres, en raison de leur patrimoine génétique. La communauté juive (d’origine ashkénaze), par exemple, serait de quatre à cinq fois plus touchée par la maladie de Crohn3,4.

Facteurs de risque



* Le tabagisme pourrait accroître le risque d’être atteint de la maladie de Crohn.

Prévention de la maladie de Crohn


Peut-on prévenir?

Aucun moyen de prévenir la maladie de Crohn n'est connu.

Mesures pour prévenir l’aggravation et les récidives

Suivre le traitement à la lettre. Certaines personnes parviennent à réduire la fréquence des phases aiguës de la maladie en suivant bien leur traitement.

Cesser de fumer. Plus on fume de cigarettes, depuis longtemps, plus le risque de récidives et d’interventions chirurgicales est élevé.

Éviter les médicaments anti-inflammatoires en vente libre ou sur ordonnance (voir la liste dans la section Traitements ci-dessous). Ceux-ci sont contre-indiqués, car ils peuvent déclencher une crise aiguë de la maladie. Comme analgésique, privilégier l’acétaminophène. Aux doses recommandées, l’acétaminophène (Tylenol®) est sans danger pour l’intestin.

Remarque

L’alimentation. Plusieurs études se sont penchées sur des changements dans l’alimentation. Certaines ont testé l’effet d’un apport réduit en sucres raffinés et accru en oméga-3. D’autres ont testé l’exclusion de certains aliments. Ces expériences n’ont toutefois pas permis de déceler un type de diète qui permettrait de prolonger la durée des périodes de rémissions15.

Durant les phases de rémission, on recommande donc une diète équilibrée, sans restriction. Les personnes intolérantes au lactose veilleront bien à exclure le lait et les produits laitiers de leur alimentation ou à prendre un comprimé d’enzymes qui dégradent le lactose avant d’en consommer. Certaines personnes intolérantes au lactose tolèrent tout de même les produits laitiers fermentés (yogourt, fromage).

Par Passeport santé

ELECTROCHOC
Membre Spécial
Membre Spécial

Messages : 1040
inscrit(e) le: : 30/04/2009
Localisation : partout

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA maladie de crohn

Message par zikos le Ven 19 Juin - 13:38



MERCI ELECTROCHOC

zikos
Membre Actif
Membre Actif

Messages : 485
inscrit(e) le: : 04/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA maladie de crohn

Message par elfette le Lun 18 Jan - 21:15






La maladie de crohn touche non seulement le tube digestif mais nous pouvons avoir de nombreuses pathologies extra-digestives:

Rhumatologiques :
rhumatismes articulaires périphériques, d’évolution corrélée à la
poussée, ou rhumatismes axiaux de type sacro-iliite ou spondylarthrite
ankylosante, d’évolution chronique

Dermatologiques : aphtes buccaux, érythème noueux, pyoderma gangrenosum

Oculaires : uvéite antérieure, plus rarement épisclérite

Hépato-bilaires : stéatose, rares cholangites sclérosantes

Hématologiques :

anémie, le plus souvent par carences (parfois associées, fer, folates,
vitamine B12), ou inflammatoire, accompagnée d’une thrombocytose

D’autres atteintes sont plus exceptionnelles : pancréatique, rénale, pulmonaire, thrombose artérielle ou veineuse profonde…


Il y a en effet des difficultés encore actuellement à établir les causes premières car elles sont plurifactorielles, mais les prédispositions génétiques sont confirmées avec principalement des études faites sur les gènes NOD2/CARD15 et Interleukin 23 mais une centaine de gènes sont pressentis dans la maladie de crohn, les 30 gènes les plus forts représentant moins de 10% de l'héritabilité.

Maladie pas toujours facile à diagnostiquer.

elfette

Messages : 10
inscrit(e) le: : 18/01/2010
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: LA maladie de crohn

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum